Notre centre de recherche : + de 30 ans d'innovations

research center

L’acquisition par Premier Tech de la société française Eparco s’inscrit dans notre volonté de longue date de miser sur l’innovation pour donner vie à des produits et services sans précédent. Le centre technique de recherches, situé à Mèze, est un pas de plus en ce sens. 

 

L'inauguration du Centre Technique de Recherches a eu lieu en septembre 1989 à Mèze. Cela fait donc 30 ans que cette structure unique en Europe est dédiée intégralement à l'assainissement autonome. La production du centre se matérialise par des publications scientifiques (une quarantaine à ce jour), des brevets (environ quarante publiés), mais l'activité globale est beaucoup plus large et orientée vers le terrain et le partage des connaissances.

A l’occasion de ces 30 années passées, nous vous invitons à découvrir plus en détail ce vivier d’innovation.

 

Un site chargé d’histoire

L’activité de recherche d’Eparco fait partie de l’ADN de l’entreprise fondée en 1969 : la première convention de recherche entre Eparco et un laboratoire scientifique  a été signée en 1975 sur le thème des propriétés réductrices, émulsionnantes et d’adsorption d’un produit bien connu des possesseurs de fosses septiques : l’activateur biologique Eparcyl.

Ce produit a été le premier développement technologique d’une solution aux défauts de fonctionnement des fosses septiques, et la première offre Eparco de service aux particuliers. Le développement du produit s’est très vite axé vers les sciences et techniques et dès la fin des années 1970 des conventions de recherche sur le long terme ont été établies entre Eparco et l’Université de Montpellier. 

Les sujets de recherche se sont dès lors très vite multipliés avec un thème global commun : une meilleure connaissance du fonctionnement des procédés d’assainissement des eaux usées. En particulier, les travaux se sont axés sur l’étude du fonctionnement physique, chimique et biologique des fosses toutes eaux et des micro-stations d’épuration, sur le rôle des additifs utilisés dans les fermentations anaérobies, et sur l’étude du fonctionnement des systèmes d’épuration par le sol et par des sols reconstitués.

Jusqu’à la fin des années 1980, de nombreuses communications scientifiques et techniques ont été effectuées par l’Université en collaboration avec Eparco, ainsi que la publication de brevets concrétisant les innovations, dont le brevet de la fosse septique toutes eaux Eparco en 1986. La concept de la fosse Eparco a révolutionné le domaine, puisque le concept développé basé sur le génie des procédés permet à la fosse de fonctionner parfaitement sans nécessité de préfiltre en sortie, et donc sans entretien aléatoire de celui-ci.

C’est donc naturellement que l’entreprise a décidé en 1987 de fonder sa propre unité de recherche dédiée à l’assainissement autonome et à la recherche sur les procédés de traitement des eaux. Il a fallu sélectionner un site raccordable à un réseau d’eaux usées de maisons individuelles, proches de centres universitaires, et à proximité d’autres pôles d’activités liés à l’écologie et au développement durable. C’est dans la ville de Mèze (en Occitanie) au sein d’un Écosite, que le site idoine a été trouvé, et que le Centre Technique de Recherches d’Eparco a été implanté. 

 

Nos activités à Mèze

water usedbis

Dès l’origine en 1989, le cœur du Centre a été la plateforme expérimentale. Sur une parcelle de 5000 m2 sont disposés à volonté des systèmes d’assainissement autonome réels déjà commercialisés ou en encore à l’étude (prototype, pilotes), avec tous les périphériques éventuels liés aux dispositifs (postes de relevage, chasses hydrauliques etc.) et des moyens de suivis à distance automatisés (appareillage de contrôle automatique du fonctionnement, télémesure des débits etc.). Depuis 30 ans, la plateforme reçoit en permanence les effluents domestiques de 14 maisons individuelles.

Associés à la plateforme, sur 650 m2, des laboratoires permettent de réaliser toutes les mesures caractérisant le fonctionnement des systèmes. Au total, six laboratoires d’essais et d’analyses et deux salles pilotes sont en fonction. On y réalise en routine ou de manière ponctuelle des analyses d’échantillons d’eau et de boues d’épuration : en physico-chimie (pH, potentiel d’oxydo-réduction, oxygène dissous, DBO5, DCO, MES, paramètres azotés, paramètres phosphorés, potentiel méthanogène, etc.), et en microbiologie (coliformes fécaux et totaux, streptocoques, protozoaires, etc.). Les équipements principaux concernent la spectrophotométrie, la chromatographie en phase gazeuse, la chromatographie ionique, le carbone organique total, la microscopie en contraste de phase.

Les salles pilotes ont été conçues comme des chambres froides avec régulation de température possible entre -4°C et +40°C pour réaliser des essais dans des conditions de températures contrôlées. Deux des laboratoires sont régulés à 20 °C. Les laboratoires permettent également d’analyser et de caractériser les matériaux destinés à la bio-filtration des effluents, avec à disposition un banc de tamisage granulométrique, et un appareil de mesure de la surface spécifique BET. Parallèlement, un des laboratoires a été équipé pour caractériser et mettre au point les assemblages des matériaux constitutifs des cuves utilisées dans les procédés, avec en particulier un appareil de test d’éprouvettes en flexion et traction pour les matériaux composites. Toutes les analyses sont faites selon les normes AFNOR et des protocoles validés et publiés.

 

Un centre et des innovations uniques

Depuis sa création, la production du Centre de Recherches , parfois associée à des organismes de recherche institutionnels (CNRS, INSERM, INRA, INSA, Universités) est donc au service de l’assainissement autonome. Le credo est de trouver des solutions d’assainissement justes, sûres et durables.

water used

C’est au sein du Centre que la première filière en France d’assainissement compacte pour la maison individuelle a vu le jour, avec une innovation majeure : le filtre traditionnel compact à zéolithe. Le programme de mise au point du filtre a débuté en 1988 et le procédé a été breveté en 1994. Là encore l’activité du centre a révolutionné le domaine de l’assainissement : le filtre a obtenu le premier agrément ministériel, en 2003 et cette filière  s’est positionnée ainsi comme la référence de l’assainissement autonome. C’est l’alternative idéale à l’assainissement traditionnel. 

A la fin de l’année 2014, après plusieurs années de validation expérimentale, un nouveau produit innovant issu de la R&D de l’entreprise a été validé. Il s’agit de la filière à écorces de pin maritime, agréée par les ministères en 2014, filtre végétal permanent entièrement renouvelable et recyclable. Ce produit dont les premiers filtres ont été mis en service en mars 2009 intègre une biofiltration sur écorce de pin maritime. Cette solution innove également en intégrant pour la première fois en assainissement autonome un boîtier connecté à une application sur smartphone qui renseigne l’usager sur l’état de fonctionnement de son assainissement.

Parallèlement, de nombreux autres produits sont « sortis » du Centre Technique de Recherches : postes de relevage, dispositif de répartition des eaux, chasse hydraulique, extracteur statique.

 

Un centre qui s’inscrit avec vous dans la chaîne de l’innovation

 

Outre le développement et la production de produits innovants par son activité interne de R&D, le centre technique de recherche est aussi totalement ouvert vers l’extérieur en intégrant particulièrement tous les « retours terrain ». Depuis 30 ans, il y a en effet des échanges permanents entre nos techniciens, nos chercheurs et tous les acteurs de l’assainissement autonome et plus généralement de tous les opérateurs économiques du domaine: particuliers, installateurs, bureaux d’étude, administrations locale et nationale, centres techniques publics et privés, autres entreprises du domaines, fournisseurs industriels… Cette collaboration constante se traduit dans plusieurs actions concrètes.

  • La formation technique des praticiens de l’assainissement : plusieurs fois par an, des centaines d’entreprises, de bureaux d’étude spécialisés, de SPANC ont ainsi échangés leur expérience avec nous. Chaque installateur de filière Eparco est assisté pratiquement sur son premier chantier par un technicien du Centre Technique de Recherche. Plusieurs améliorations de produits ont trouvé leur origine grâce à cette activité : les « retours terrains » sont essentiels pour tout le monde.
  • Le service à l’usager : le Centre Technique de Recherches est aussi la base opérationnelle de notre Service Après Vente, qui trouve chaque jour des solutions pratiques de terrain à conseiller.
  • La veille technologique permanente dans le domaine élargi du traitement des eaux et déchets, ainsi que la participation à l’élaboration des textes normatifs européens et français avec des contributions technique (par exemple, sur la fréquence de vidange des boues dans une fosse toutes eaux)
  • Le développement industriel, avec des échanges permanents entre le centre et tous les fournisseurs industriels, qui eux mêmes produisent des innovations en matières premières et en produits ou procédés.
  • La communication vers l’intérieur (référentiels internes, procédures et nomenclatures) et vers l’extérieur (nous avons toujours communiqué sur des éléments démontrés et validés expérimentalement sur le terrain grâce à nos travax effectués à Mèze).

 

En conclusion, en 30 ans, le Centre Technique de Recherches a assuré une innovation permanente à travers son activité de R&D qui fait partie intégrante de notre histoire et de notre ADN. Chaque action est menée en collaboration étroite et en partage avec des partenaires en interne ou en externe. Depuis l’origine, le Centre Technique de Recherches est en prise directe avec le terrain. Une multitude d’actions sont tournées vers l’extérieur avec la reconnaissance permanente du « retour terrain ». 

Un moteur d’amélioration, de renouvellement et d’innovation, depuis 30 ans et pour longtemps.

 

Découvrez nos solutions